Le vélo comme moyen de déplacement quotidien est de plus en plus en vogue. Mais pour certain, l’idée de se fatiguer en se rendant au travail ou bien d’arriver complètement en sueur peut rebuter. Il existe une solution, le vélo à assistance électrique. Une solution efficace qui combine moyen de locomotion durable avec efforts minimes. Mais les prix de ces engins sont souvent élevés et constituent un freins à son adoption.

C’était sans compter sur un petit coup de pouce financier de la part du gouvernement. De quoi aider les plus hésitants à franchir le pas. Une prime de 20% du prix d’acquisition, plafonnée à 200€, est attribuée à tout acquéreur de cycle à pédalage assisté et aux engins « à moteur à deux ou trois roues et de quadricycles à moteur électriques d’une puissance maximale nette du moteur inférieure à 3kW et n’utilisant pas de batterie au plomb » (extrait du décret 2017-196). Est-ce que cela concerne également les e-trottinettes, les hoverboards, les mono-roues, les Segway et tous les petits véhicules électriques que l’on voit de plus en plus circuler dans les centres urbains ? Ce serait intéressant de pouvoir en profiter comme cela. Mais sur le site de l’ASP-Public, l’organisme payeur de la prime, il est clairement affiché dans la Foire Aux Questions qu’ « une trottinette électrique, un gyropode ou une gyroroue ne sont pas éligibles à cette aide« . C’est dommage mais tout à fait compréhensible.

Jusqu’à un an pour se décider

Quoiqu’il en soit, pas la peine de vous ruer dans les magasins spécialisés. Vous avez jusqu’au 31 janvier 2018 pour profiter de la prime de 200€. Cela laisse donc le temps de flairer la bonne affaire et aussi de vérifier si votre commune (voir la liste) ne propose pas déjà une offre plus généreuse. En effet certaines localités ont précédé l’état dans cette démarche et ont depuis quelques années mis en diverses aides. Mais attention tout de même car les offres ne sont pas cumulables. Et oui, pas de cerise sur le gâteau, mais réfléchissez quand même aux économies que vous allez réaliser grâce à votre nouveau vélo et surtout à votre nouvelle hygiène de vie. Plus besoin de prendre votre voiture pour vous rendre au travail, chez le barbier ou faire vos courses. Plus de parking à payer, plus de tickets de bus à acheter, plus d’embouteillages à supporter.

Si vous êtes novices dans le domaine et un peu perdus, n’ayez craintes. L’achat d’un vélo à assistance électrique est quasi similaire à une bicyclette classique et se fait chez les mêmes commerçants. A la différence que vous aurez un entretien supérieur pour la partie électronique. Pour vous aidez, voici quelques modèles qui deviennent un peu plus abordables avec la prime. Le très discret et économe Nakaruma E-Flex passe sous les 800 euros et le citadin Gitane E-ZUMBA E-GOING D7 est quant à lui à moins de 1000 euros. Pour les fonceurs, le Moustache Dimanche 28 silver aborde la barre des 3700 euros. Enfin pour les baroudeurs vous pouvez vous tourner vers le Focus Jarifa qui frôle tout de même les 2300 euros.

Un petit coup de pédale pour l’homme mais un gros braquet pour l’humanité !