Avec un nom peu évocateur le Tchoukball désigne un sport méconnu qui tente de renouer avec les principes fondamentaux des activités collectives à savoir le respect et l’estime des adversaires en interdisant tous heurts entre les joueurs.

Force est de constater que les sports d’équipe comme le football, le handball et le basketball sont de plus en plus physiques et que les chocs entre les adversaires plus appuyés et percutants qu’avant conduisent à des blessures pouvant, dans les cas les plus graves, ruiner la carrière d’un champion. L’escalade de la puissance musculaire ne semble plus avoir de limite à en juger des carrures impressionnantes des sportifs d’aujourd’hui.

Alors que peut-on espérer de son avenir sportif quand on a la silhouette d’un haricot sec ? Et oui, on n’est pas tous égaux devant le ballon !

Naissance d’un nouveau sport

A vrai dire le problème n’est pas nouveau et dans les années 60, un médecin de Genève, le Docteur Hermann Brandt, constatant les traumatismes des athlètes qu’il côtoyait, s’est inquiété du caractère élitiste des sports modernes au dépend des intérêts collectifs. Pour résumer, peu importe que la pratique du sport nous inculque des valeurs sociales, il nous faut du champion et de la bête de course !

C’est du résultat des études du Docteur Brandt qu’est né le Tchoukball, un mélange de handball, de volleyball, de squash et de pelote basque. Le caractère non-agressif de cette activité oblige au respect mutuel entre les coéquipiers et les adversaires. Comment ? Tout simplement en interdisant les contacts physiques entre les joueurs. L’idée est donc d’être plus subtil, agile et malin que son adversaire sans forcément le bousculer ou le tacler.

Les règles sont simples. Deux équipes de 7 personnes s’affrontent. Pour marquer des points il faut faire rebondir la balle sur un des trampolines à chaque extrémité du terrain, sans qu’elle ne soit récupérée par un membre de l’équipe adverse ou qu’elle sorte de l’aire de jeu (les règles complètes sont disponibles sur le site http://tchoukball-france.org/).
Les valeurs écrites dans la charte excluent l’idée de prestige individuel ou collectif et conduisent à estimer et apprécier les valeurs de tous les joueurs sur le terrain. Parce que le jeu s’effectue sans obstructions, le Tchoukball est ouvert au plus grand nombre et les équipes peuvent être mixtes et intergénérationnelles. C’est peut-être une réponse aux dérives machistes que l’on constate trop souvent dans la sphère sportive. Alors que l’on soit petit, grand, jeune, vieux, gros, maigre, musclé, gringalet, homme ou femme tout le monde peut s’essayer à cette activité sportive sans risquer un mauvais coup mais avec l’assurance de faire de belles rencontres humaines.

Des Fédérations de ce sport existent dans plusieurs pays dont une en France pour soutenir des clubs de plus en plus nombreux et organiser les compétitions. Renseignez-vous sur http://tchoukball-france.org/ pour savoir si des équipes existent près de chez-vous. Sinon on trouve sur internet des trampolines (le seul accessoire indispensable avec le ballon!) à environ 100 euros. Pourquoi ne pas tenter l’aventure !

Crédit photo : Lydia Favre – CC BY 2.0