Imaginez une ville sans bruit, comme un dimanche matin de campagne. Avec peut-être celui du vent, du chant des oiseaux, des pas sur le trottoir, des sonnettes de vélos, des conversations des badauds. Imaginez une ville sans odeur. Avec peut-être celui des arbres, des fleurs plantées dans les bordures, des tartes aux pommes ou des poulets rôtis sortant des maisons aux fenêtres ouvertes.

Ce qu’elle serait bien cette ville sans voitures non ? Oui mais voila, comment se passer du moyen de déplacement préféré des citadins. Rapide, endurant, confortable, difficile de la délaisser au profit des transports urbains ou de la bonne vieille bicyclette. Il est vrai que sur de longs trajets il n’y a pas beaucoup d’alternatives, mais en ville il y a de plus en plus de solutions proposées par les pouvoirs publics et les entreprises privées. Il y a une vingtaine d’années, la miniaturisation des moteurs électriques et l’accroissement de leur puissance ont favorisé le développement du VAE (Vélo à Assistance Electrique). En France, les ventes sont passées de moins de 10 000 en 2007 à plus de 100 000 en 2015. Ce marché mondial plein de promesses d’évolution a poussé les industriels à innover.

Ainsi on voit passer maintenant dans les rues de drôles d’engins un peu futuristes. Une, deux, trois ou quatre roues, ressemblant à un vélo, un skate, une trottinette ou à rien de connu jusqu’ici voici venir les Nouveaux Véhicules Electriques Individuels , NVEI. L’imagination des concepteurs est telle que l’on a un peu de mal à s’y retrouver dans les différents modèles. Entre gyropode, monoroue, hoverboard, et autre smartboard le choix est large mais l’engouement qu’ils suscitent auprès d’une population plutôt jeune pourrait bien être la source du schéma de déplacement urbain des prochaines années. Claudine, Jean et Cédric, étudiants en BTS Agroalimentaire à l’Institut Supérieur des Affaires Agricoles et Agro-Alimentaires (IS4A) ont récemment créé un évènement sur ce thème :

 » On souhaite sensibiliser les élèves de l’IS4A sur l’écologie au travers de ces nouvelles façons de se déplacer. Dans les grandes villes, c’est une alternative intéressante à la voiture, à la moto et aux bus. Pour cet évènement la direction de l’établissement nous a suivi et nous avons réussi à faire venir 5 professionnels de ce secteur. Cela a été difficile à mettre en place mais au final, les élèves ont pu tester les différents engins et la plupart ont été intéressés. Le message est bien passé, à voir s’il va rester.  »

Mobilité Véhicule Electrique Individuel

Jean, Claudine et Cédric

Thomas et Maxime, deux jeunes étudiants qui se sont essayés à la trottinette, au Segway et à ce qui ressemble à une moto à une roue, ont trouvé l’expérience très cool. Mais de là à remplacer la voiture ou le bus par une E-Trott ce n’est pas si évident. En effet, il y a encore quelques freins à la démocratisation complète de ces véhicules dont le plus grand est celui du prix. Il faut compter entre 800€ et 1400€ pour des trottinettes électriques Izirod, entre 1000€ et 2500€ pour des monoroues Solowheel et beaucoup plus pour des Segway tout-terrain. Mais pour Denis Zago, de Move Different, il faut considérer l’achat comme un investissement. « Aujourd’hui on trouve des copies à prix plus bas mais au détriment de la qualité. C’est vrai qu’avec un tarif de plus de 1000€ les gens réfléchissent deux fois, mais ce n’est pas un objet ludique qu’ils achètent, c’est un véritable véhicule qui va leur faire gagner du temps et du confort dans leur déplacement quotidien. »

Alors pour convaincre, les professionnels, qui sont de réels passionnés, imaginent des prestations qui collent au plus près des usages pratiques du public.

Mobilité Véhicule Electrique Individuel

Gyro-Rider, Izirod, Move Different

Gyro Rider, propose une autre façon de découvre la nature : « Les Segway tout-terrain que nous utilisons sont faciles à prendre en main et offrent la possibilité de nous déplacer dans des lieux interdits aux moteurs thermiques. On a tout le loisir de se promener dans des zones classées Natura 2000, comme les VTT et les piétons. « 

Izirod, spécialiste de la trottinette électrique, a inventé le Trotti-dog : « Comment cumuler le plaisir des balades avec son chien et avec sa trottinette électrique ? Pour profiter du potentiel de ces engins capables de parcourir 50kms à 25km/h sans épuiser son animal, nous avons adapté une remorque spécifique chiens pour vélos. L’idée séduit tellement que le produit sera bientôt en disponible à la vente. »

Move Different, accompagne les utilisateurs dans leurs premiers tours de roue : « Nous offrons à nos clients une heure de formation gratuite, pour les mettre en confiance, leur faire découvrir les astuces pour y arriver plus vite. Ensuite c’est comme le vélo, dès qu’on a trouvé l’équilibre, c’est acquis pour la vie »

AVEC (Applivia Véhicules Electriques Connectés) créera l’évènement à Noël : « Tout le mois de décembre nous allons monter un marché éphémère sur le thème de l’écomobilité. Cela va se passer dans un centre commercial de la région de Nancy. L’idée est de démocratiser les différents moyens de transport électrique urbain. Nous présenterons les Hoverkarts, des accessoires étonnants pour Hoverboard. »

RedE+, propose une alternative électrique aux livreurs en scooter : « Le frein, pour ces professionnels, c’est l’autonomie faible des batteries avec la crainte de se trouver en panne après 5 ou 6 aller-retour. Nous avons trouvé la solution en développant un système de batterie interchangeable qui permet d’avoir des scooters disponibles tout le temps et de garantir les délais de livraison.  »

Le marché de la micro mobilité est en pleine croissance. Un évènement lui est dorénavant consacré, le Salon Autonomy. et les préoccupations démographiques, écologiques et économiques concordent pour prévoir une montée en puissance dans les prochaines années. Alors est-ce une utopie que d’imaginer dans 10 ans un hyper centre urbain réservé aux piétons et à ces NVEI ? L’avenir nous le dira. En attendant, tentez l’expérience et roulez jeunesse !