Torréfacteur oui, mais pas seulement. Depuis cette année Marco est devenu, en remportant le titre de champion de France barista, la fierté des cafés Lugat. Au premier abord, ce grand garçon de plus de deux mètres peut impressionner. Mais son physique de rugbyman (perdu ! Marco il fait du Football américain à ses heures perdues) cache en réalité une grande générosité.

Marco et son trophée de champion de France barista 2017

Crédit : Artiste-Associé & MaxiCoffee

Ce qui anime Marco au quotidien c’est ça passion pour le café. Il essaie de la faire découvrir et de la rendre accessible au plus grand nombre. Mais le café n’a pas toujours été un moteur dans sa vie. Avant de devenir champion de France Barista, Marco a transité par différentes étapes. Un parcours qui commença loin des bars et de la torréfaction. Le trentenaire se destinait tout d’abord à la pâtisserie. Mais une allergie peu banale à la farine le contraint à changer de voie. Effectivement, c’est tout de suite moins pratique. C’est dommage, on aurait peut-être eu des super éclairs au café.

Le café, un heureux hasard

Vous l’aurez compris, Marco ne se destinait pas à boire et humer du café à longueur de journée. Son rêve de pâtissier de restaurant envolé, il fallait à ce portugais d’origine trouver une nouvelle voie professionnelle. Non non, on vous voit venir les gars ! C’est fini les clichés sur les maçons. La preuve, Il devient tout bonnement serveur dans un premier temps. Et ce n’est que par la suite, lorsqu’il occupe le poste de barman, que Marco découvre sa première machine à espresso.

A partir de cet instant les choses sérieuses commencent. Encore plus lorsqu’un jour, il tombe par hasard sur une vidéo de latte art. Il avait alors découvert un « univers complexe et fascinant, celui du café ». Il ne rejoindra l’équipe des Cafés Lugat qu’après trois candidatures chez Maxicoffee, la société e-commerce à l’origine de la torréfaction. Sa motivation aura fini par convaincre de l’intégrité de sa passion.

Le barista, un sommelier du café

Marco, barista et sommelier du café

Crédit : Artiste-Associé & MaxiCoffee

Une motivation qui ne l’a jamais quitté. Qui lui a donné la force de dépasser ses limites, de travailler sans compter pour gravir année après année les différentes marches du podium. C’est ainsi qu’en 3 ans, Marco a respectivement obtenu les places de 4ème, 2nd pour enfin terminer sur la première place du podium en ce début d’année. Mais la motivation n’aura pas été la seule clé pour réussir à séduire le jury.

Ce qui est à l’origine de tout, c’est l’envie de faire partager sa passion pour le café. Il le fait à merveille en rendant hommage à de ce métier qu’il surnomme le « sommelier du café ». Parce que oui, Marco c’est aussi un poète. Il n’a pas tort au fond et rajoute que « Le café, tout comme le vin, est un produit de la terre. Ils nécessitent tous deux un savoir-faire propre, un climat particulier, mais ils sont aussi influencés par une exposition, une qualité des sols et tous deux ont besoin d’une transformation afin d’être utilisés ».

Mais le parallèle est plus complexe que ça. A la différence du sommelier, le barista doit, en plus de ses connaissances du café, maîtriser l’extraction de celui-ci. Il est face à un des produits les plus complexes à travailler, avec de nombreux facteurs cruciaux. « La moindre variable vous fait passer d’un voyage gustatif autour du monde à un vulgaire jus de chaussette ». C’est dire la valeur que ce titre représente à la fois pour le jeune homme mais également pour tous ceux qui le soutiennent.

Marco, sa prestation de champion de France barista 2017

Crédit : SCA France / Elisa Mattos

Sa prestation de champion de France barista

Pour devenir champion de France barista, Marco a bien évidement collé à sa représentation du « sommelier du café ». En puisant dans son imagination, il a réussi à allier habillement l’univers du café et celui du vin. Pour que la magie opère encore mieux, Marco a poussé le vice jusqu’à extraire le café dans des verres à vin. Pas n’importe quel café d’ailleurs. Pour une prestation à la hauteur, il ne fallait ni plus ni moins que le « Don Chalo », véritable révélation de la maison Lugat. Un café d’une petite production découverte dans la région de Jurutungo, au Panama qui vous offrira des arômes de fruits confits, pêche et mûre. Par ailleurs, à la rédaction nous l’avons testé et l’avons approuvé, c’est un excellent café. On cherche encore les arômes mais on n’est pas champion de France barista nous.

Découvrez ci-dessous un extrait vidéo de la présentation de Marco (attention le volume de la vidéo est un peu faible).

 Marco en quelques mots : 

Combien de tasses de café par jour : 50 minimum
Celui qu’il préfère dans la journée : la tasse de 16h avec les collègues et amis
Sa méthode d’extraction favorite : le Phoenix car, que ce soit pour 1 tasse ou bien un demi-litre de café, cette méthode est polyvalente et conviviale, sans compter sur une très belle ouverture aromatique.
Son humeur le matin : Beware the bear !!!
La taille de sa barbe : 2 cm, en progression
Son outil préféré pour l’entretenir : il faut l’entretenir ?
La personnalité masculine qui l’a inspirée : Mon grand-père… la personne qui m’a toujours appris que, pour réussir, la seule méthode était le travail.

Et après ?

Et bien, en tant que sportif qui se respecte, les objectifs ne disparaissent jamais totalement. Champion de France c’est bien, mais mettre une claque au monde entier c’est mieux. Aller titiller les candidats du mondial, c’est donc le prochain projet de Marco. Et bien nous on soutient. D’une part car chez Beard and Socks on aime les hommes qui en veulent, mais aussi parce que, à côté de ça, Marco veut s’attaquer au concours du meilleur ouvrier de France torréfacteur. Et bien on ne s’ennuie pas avec lui. Ça en inspire quelques uns ici ? On lui souhaite bien entendu plein de réussite.