C’est dans le département des Vosges, à Les Voivres, que l’on trouve les locaux de la jeune entreprise [ In’Bô ]. Perdu dans une petite zone industrielle au milieu de nul part, un des bâtiments abrite pourtant une entreprise particulièrement dynamique, qui fabrique lunettes, skates en bois et vélos en bambou.

Âgée de seulement 4 ans, [ In’Bô ] bénéficie aujourd’hui d’une renommée nationale (avec des retombées internationales) et réussi tout juste à répondre à la demande. Le pari fou d’un petit groupe de 5 amis, rencontrés sur les bancs de l’école nationale supérieure des technologies et industries du bois (ENSTIB) à Épinal, semble être réussi. Antoine, Quentin, Robin, Aurèle et Pierre Thomas ont mené à bien leur idée, malgré les réticences et les mises en garde de leur réseau.Le showroom de In'Bô

Une première victoire méritée

On ne se retrouve pas à la tête d’une entreprise à l’activité pérenne du jour au lendemain. Les 5 compères se sont donnés les moyens de mettre sur pied leur idée. Parti d’un banal projet étudiant de lunettes en bois, [ In’Bô ] est le résultat d’un mélange de talent, de facteurs favorables et de persévérance.

En 2013, originaires des 4 coins de la France, ces ingénieurs tout juste diplômés ont décidé de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. La volonté de rester au contact de la matière et de vivre de leur passion des sports outdoor les mènent à faire évoluer leur projet de lunettes en bois, avec comme ambition d’aller plus loin, en proposant d’autres produits comme les skates ou les vélos.

Les skateboards d'In'Bô en plein séchage

Le fatkibe In'Bô en bambou conçu pour SolidreamMais les avis extérieurs ne sont pas des plus encourageants. Au contraire l’ambiance était plutôt à l’accablement. Une bande de potes n’avait « aucune chance de s’entendre dans un projet professionnel », qui plus est sans expérience. Mais les 5 acolytes sont plus malins que ça. Ces remarques, ils en ont fait une force en les gardant dans un petit coin de leur tête, au cas où un jour ils viendraient à avoir envie de se taper dessus à coup de skateboard.

« On sait que notre faiblesse c’est l’humain dans le groupe. On a essayé de l’anticiper au maximum en mettant en place des outils d’échange constructifs. »

Et voilà, ça c’est pour ceux qui n’y croyait pas ! Car rassurez vous ils y avaient des gens assez fous pour adhérer à leur projet. Faut dire que dans les Vosges on a faim d’activité économique alors on est généreux. Avis à ceux qui auraient envie de s’y implanter.

[ In’Bô ] in the Vosges

Vous pensez bien que 5 jeunes, étrangers à cette région rurale, ne s’y sont pas implantés par amour du munster et des sapins. Les institutions et élus locaux y sont pour beaucoup. Les trois premières années de l’aventure se sont passées dans la couveuse « Terres de Hêtre » du pays d’Épinal et dans des locaux gracieusement prêtés par le maire de « Les Voivres ». Le temps pour eux de poser les bases de leur activité et de tester le marché. D’autant plus qu’ils ont décidé de se lancer sur trois marchés différents. Pour une première prise de risque ils n’ont pas fait les choses à moitié.

Aujourd’hui l’entreprise ne compte plus que 3 co-dirigeants. Robin et Pierre Thomas ont pris des routes différentes, ce qui ne remet pas du tout en cause l’activité de l’entreprise.

L'équipe des co-dirigeants actuels de In'Bô

Les 3 co-dirigeants actuels : Quentin, Antoine et Aurèle

Bien au contraire, [ In’Bô ] emploie actuellement 4 personnes et vise les 15 à 25 effectifs d’ici 3 ans. Oui ce sont des fous on vous l’a déjà dit. Mais c’est cet engouement et cet état d’esprit qui a fait la réussite de la manufacture. Elle voit grand et aborde un mode de fonctionnement équivalent à nos grandes entreprises. Quand beaucoup vont se concentrer sur la vente ou tout au plus le conditionnement, [ In’Bô ] va maîtriser tout le processus de la fabrication à partir de la matière première jusqu’à la commercialisation.

Les planches de placage qui seront collées

Le bambou qui sert à faire les cadres de vélo

Les moules des skateboard [ In'Bô ] sous presseUne matière première majoritairement locale, qui fait la fierté des acteurs de la région. Le bois est issu des forêts Vosgiennes et transformé dans la région. Les bambous des vélos sont récoltés par eux-mêmes à Anduze. La fibre de lin a poussé et a été tissée en Normandie. Enfin, le cuir vient de la dernière tannerie vosgienne encore en activité.

La responsabilité made in France

Vous l’aurez compris, la volonté d'[ In’Bô ] n’était pas de trouver le bon filon pour s’enrichir rapidement, mais bien de traduire et partager leur amour du bois. Pour ça, il y avait certainement plus simple avec un diplôme d’ingénieur. C’est pourquoi l’accent est porté sur la qualité et la satisfaction client. Les produits [ In’Bô ] sont là pour apporter une expérience utilisateur hors du commun.

Gabarits des lunettes [ In'Bô ] avant façonnage

Un modèle de lunette [ In'Bô ] avant la pose des verres

L'étape de gravure des branches de lunette [ In'Bô ]Mais au delà de leur qualité, les produit made in France [ In’Bô ] vous garantissent une consommation responsable. Certes on peut toujours trouver moins cher ailleurs, surtout avec des produits d’origine asiatique. Mais il est bon de rappeler que la production française répond à des normes et des lois. Elles sont la pour protéger l’environnement et l’emploi.

« En achetant en Asie, on se prive de tout ces bénéfices sociaux. On oublie également que le prix des produits auquel on nous a habitué n’est pas le prix réel. Il y a des coûts sociaux et environnementaux qui ne sont pas répercutés sur le prix final »

Le montage des lunettes [ In'Bô ]Conditionnement à la main des lunettes [ In'Bô ] pour expédition

Un état d’esprit qui révèle des valeurs de partage acquises pendant leurs cursus. L’histoire [ In’Bô ] est belle dans le sens où des étudiants ont réussi, grâce à la persévérance et au travail, à transformer l’essai qu’on a tous imaginé à un moment de notre parcours. Rien ne prédisait qu’ils allaient y arriver. Mais c’est en y croyant et en continuant de rêver qu’ils ont finalement prouver qu’avec un peu de détermination, il est possible de faire de grandes choses.

Olivier votre serviteur portant une paire de lunette [ In'Bô ]

Vous l’avez reconnu ? C’est votre serviteur Olivier qui porte une paire de lunettes [ In’Bô ]. 

Plus d’informations