Depuis une dizaine d’années, la mode est au barbu. Le marché de la barbe a repris du poil de la bête. Les enseignes bleues, blanches et rouges sont de plus en plus nombreuses. Pour mieux vous faire connaître cette profession, nous avons demandé à Olivier Vagueresse, propriétaire du « Fauteuil du Barbier » à Ploërmel dans le Morbihan, de nous en livrer les secrets.

Dossier Rasage :

I. La barbe au fil des âges
II. Quels outils pour se raser ?
III. Les cosmétiques pour un rasage au poil
IV. Interview d’Olivier Vagueresse, barbier dans le Morbihan
Devanture du "Fauteuil du Barbier" (56)Olivier, qu’est-ce qui vous a poussé à ouvrir « Le Fauteuil du Barbier », un barbershop situé à Ploërmel (56) entre Rennes et Vannes ?

 » J’ai ouvert « Le Fauteuil Du Barbier » le 1er octobre 2016. La barbe est très tendance depuis quelques temps. Les clients souhaitent trouver un lieu où de vrais professionnels puissent les conseiller sur la coupe et l’entretien de leur pilosité faciale. Je suis spécialiste de la coiffure masculine depuis plus de 25 ans. Le rasage était déjà, à l’époque, au programme du brevet professionnel. Mais les techniques ont évolué et il a fallu se mettre au diapason. J’ai donc suivi ces dernières années des formations avec plusieurs maîtres-barbiers dont Anthony Galifot (formateur CYLEA CAC) afin de parfaire mes connaissances sur les différentes techniques de taille et de rasage de la barbe. « 

Quelles sont pour vous les qualités d’un bon barbier ?

 » En premier lieu, on se doit d’écouter le client. Les hommes barbus sont généralement des personnes qui prennent soin de leur style et de leur look. Il faut donc être capable d’analyser le client quand il rentre dans le barbershop (coiffure, style vestimentaire, façon de se déplacer, etc..) afin de pouvoir le conseiller au mieux par la suite. « 

 » Ensuite, bien sûr, c’est un métier manuel. Il faut donc avoir une certaine dextérité et une attention de tous les instants. Nous utilisons des outils très affûtés et tranchants qui requièrent une concentration particulière.  »

Qui sont les clients qui poussent la porte de votre salon ?

 » C’est très varié, cela va de l’ado qui commence juste à avoir quelques poils et qui souhaite dessiner un premier tracé de barbe, au barbu qui s’assume pleinement, en passant par des personnes plus âgées qui souhaitent retrouver des gestes et des parfums d’antan. Beaucoup de « barbus » avaient fuit les salons de coiffure « classiques » depuis déjà quelques années, dans les barbershops, ils retrouvent un lieu, une ambiance, un style qui leur correspondent. « Le Fauteuil du Barbier à Ploërmel dans le Morbihan (56)

Il y a des clients qui savent ce qu’ils veulent et d’autres sans doute plus incertains. Comment conseillez-vous les indécis sur la coupe de barbe à adopter ?

 » Selon leur morphologie et leur style général. Il faut être capable au premier coup d’oeil de déterminer de la barbe ou des cheveux ce qui va affirmer le style du client. Une taille de barbe correspondra très bien à un client et pas à un autre. C’est donc important de se remettre en question après chaque prestation afin de pouvoir proposer quelque chose de différent au client. Et quelle satisfaction de relever le fauteuil et d’entendre le client nous dire c’est comme cela que je m’imaginais ! « 

Il existe des dizaines de coupes de barbe différentes. Quelles sont les tendances en la matière ?

 » Les Hipsters ont incontestablement lancé la mode de la barbe auprès du grand public. Mais nous travaillons tout style de barbe, celle de trois jours par exemple reste un inconditionnel. La barbe sculptée sur les joues, les dégradés et fondus font partie de notre quotidien. Depuis peu, nous travaillons également sur les couleurs afin d’atténuer des reflets chauds, de masquer des poils blancs ou de donner la sensation que la barbe est pleine et bien homogène. « 

Un bon professionnel possède de bons outils. Pouvez-vous nous décrire les instruments et produits que vous utilisez ?

Ciseaux de la marque japonaise Takai » J’utilise des ciseaux de marque japonaise (Takai) pour leur tranchant et la finesse de coupe, des tondeuses américaines (Wahl) qui permettent d’exécuter des dégradés « à blanc » et des tailles de barbe très précises. Pour la partie rasage, je n’utilise pas de « coupe-choux » à proprement dit volontairement par question d’hygiène. J’utilise des rasoirs-couteaux type « shavette » avec des lames à usage unique. L’avantage de ce matériel est de pouvoir adapter la lame. Plus rigide ou plus souple selon le type de peau ou de barbe à raser. « 

 » Pour les produits je travaille avec la marque American Crew leader aux USA. En premier, j’utilise une huile de rasage appliquée en massage. Suivie de la pose d’une serviette chaude afin de bien dilater les pores de la peau. Puis pour les tracés de barbe un gel de précision translucide. Enfin, pour les rasages traditionnels, j’utilise des blaireaux et de la crème de rasage Plisson, marque très réputée dans les milieux professionnels. « Gamme de produits American Crew

 » Après chaque rasage il est important de recréer le film hydrolipidique qui protège la peau des agressions extérieures, et qui évite le fameux « feu du rasoir ». Pour cela, une crème hydratante sans alcool est conseillée. « 

 » Enfin pour tout ce qui est entretien et beauté de la barbe, je travaille avec une jeune marque française,  Men Storiesqui a élaboré une gamme de shampooing, de spray purifiant, de sérum de barbe et de wax coiffante indispensable à tout barbu qui se respecte. « 

Le salon de barbier a aussi souvent été considéré comme un lieu, de discussions et de confidences. Est-ce que le barbier se doit d’être psychologue ?

 » Comme tout métier de contact, il est important d’être à l’écoute du client. Dans un barbershop, le client vient avant tout passer un bon moment et se détendre. C’est lui qui choisit s’il souhaite discuter avec son barbier ou au contraire profiter pleinement d’un instant pour lui. Ce n’est pas vraiment facile de discuter lorsque l’on se fait tailler la barbe ou la moustache. Par contre, les moments avant et après la prestation sont propices à des discussions sur tous les thèmes. « Le Fauteuil du Barbier à Ploërmel dans le Morbihan (56)

On se souvient de quelques scènes cultes du cinéma se déroulant dans un salon de barbier. Comme dans « le Dictateur » de Chaplin, « Mon nom est personne » avec Terence Hill ou « Les incorruptibles  » avec Al Pacino. Quelle ambiance avez-vous souhaité apporter dans votre salon ?

 » J’ai voulu donner la sensation qu’il existait depuis toujours. J’ai donc travaillé à créer un endroit où la brique, la faïence métro, le bois, le métal et le cuir se mêlent dans une ambiance à la fois vintage et branché. Les fauteuils ont quarante ans mais ont été restaurés par un sellier dans une couleur et un design uniques. La déco a été chinée dans les brocantes ainsi que sur les sites spécialisés. La mise en lumière a été travaillée afin de ne pas être trop agressive. Surtout lorsque le client est en position de rasage ou au shampooing. Mais suffisamment pour travailler dans de bonnes conditions. « 

Barbershop "Le Fauteuil Du Barbier" à Ploërmel (56)

Interieur du barbershop "Le Fauteuil Du Barbier" à Ploërmel (56)

 » Enfin la musique s’accorde avec le lieu. L’enceinte Marshall fait sonner des incontournables de Led Zeppelin et d’Eric Clapton ou encore des standards souls de Marvin Gaye ou de Nina Simone selon mes envies et les goûts de ma clientèle. « 

Olivier Vagueresse, barbier à PloërmelOlivier Vagueresse – Le Fauteuil Du Barbier
Rue du 12 Juin 1944
56800 Ploërmel
www.lefauteuildubarbier.fr