Se raser est aujourd’hui quelque chose d’anodin et accessible à tous. Les avancées technologiques dans ce domaine ont permis de populariser cette pratique purement masculine en démocratisant les outils ainsi que les cosmétiques. Mais avant d’en arriver à un stade où il est plus facile de chasser sa pilosité faciale que sa mauvaise humeur, les hommes ont dû passer par des périodes pendant lesquelles le rasage était légèrement plus contraignant. Découvrez, dans la première partie de notre dossier dédié au rasage, comment, de vos ancêtres à vos aïeux, on arrangeait sa barbe et sa moustache.

Dossier Rasage :

I. La barbe au fil des âges
II. Quels outils pour se raser ?
III. Les cosmétiques pour un rasage au poil
IV. Interview d’Olivier Vagueresse, barbier dans le Morbihan

Pourquoi un jour, un homme a-t-il décidé de prendre un morceau de pierre ou de coquillage pour supprimer les poils de son visage ?  Pas facile à dire tant que l’on n’aura pas inventé la machine à remonter le temps. Toujours est-il que dans l’histoire de l’humanité, le port ou le non port de la barbe a toujours correspondu à des critères hygiéniques, esthétiques, politiques, religieux, sociaux ou sexuels. Dès la préhistoire on retrouve ce type de pratiques sociales. Les hommes de Neandertal ont donné le ton en s’adonnant à des formes d’épilation primitives avant de se mettre à utiliser des morceaux de silex taillés. Preuve que le besoin de se raser est venu bien avant le premier rasoir.

rasoir primitif en bronze

Un exemple de rasoir primitif

Les angoisses hygiéniques des égyptiens

Si les premiers rasoirs en pierre taillée manquaient d’efficacité, ils ont été remplacés, pendant l’Egypte ancienne, par des outils au tranchant plus net en bronze, or et cuivre grâce à la maîtrise des techniques métallurgiques. Et à cette époque, on ne plaisantait pas avec le rasage. Si on ignore pour quelles raisons les hommes préhistoriques se débarrassaient de leurs poils, les Egyptiens eux ont avoué avoir un problème avec l’hygiène. A ce titre, plus aucun poil ne devait rester sur le corps, qu’il soit féminin ou masculin. C’était à priori plus simple et moins coûteux de mettre une perruque que de se laver les cheveux. Quoique ça n’était certainement pas évident de se raser à cette époque. Posséder un rasoir personnel, ou plutôt un couteau bien aiguisé, n’était pas fréquent. Du coup les barbiers, qui existaient déjà au temps des Pharaons, ne connaissaient pas la crise.Le rasage était très important pendant l'Egypte Ancienne

Les hommes se sont tout de même rendu compte après coup que la barbe était source de virilité. En même temps avoir la même dégaine physique que les femmes ça ne doit pas être évident tous les jours. C’est pourquoi on la vit réapparaître à l’antiquité. Elle était également source de sagesse. Et tenez-vous bien, on donnait une barbe postiche aux imberbes et aux femmes ayant fait preuve de sagesse. Alexandre le Grand lui décida de raser tous ses soldats pour éviter que les poils faciaux ne servent de prise aux ennemis. Cela a conditionné une nouvelle mode et changé quelques habitudes. Décidément la barbe en a vu de toutes les couleurs.

L’esprit grégaire du peuple Romain

Par la suite on était plus modéré. Comme aujourd’hui, la barbe suivait les évolutions de la mode, dictées par contre par les classes dirigeantes. C’est pourquoi pendant l’époque romaine on rasait puis gardait alternativement sa barbe en fonction des préférences de son empereur. César lui il était plutôt visage glabre, quant à nous les gaulois c’était plutôt moustaches bien fournies. Et puis étrangement, quand César nous a envahi, nous n’étions plus très motivés pour la garder. Puis la barbe refit apparition au moyen âge où elle est associée à la virilité et à l’honneur des chevaliers.

Les empereurs Romains avaient beaucoup d'influence sur le port de la barbe sur leur peuple

Les différents rois et empereurs Européens qui se succédèrent par la suite ont fait et défait les différentes modes. Chacun agissait selon ses attirances et ses croyances jusqu’à la révolution où l’on décréta que le port de la barbe était interdit, sous peine de se voir choisi pour faire partie de la longue lignée de guillotinés de l’époque. Jusqu’à cette période, le rasoir composé d’une lame de fer avec un long manche développé dans l’antiquité n’évolua guère. Seule la forme subit quelques améliorations pour adopter celle du fameux « coupe-chou » au 17ième siècle.

L’ère du rasage personnelle

Il faudra attendre le 19ième siècle pour voir réapparaître le port de la barbe avec une évolution significative dans l’outillage. En effet le rasoir dit « de sûreté » est inventé et permet de se raser avec la même efficacité que la simple lame que l’on connaissait jusqu’alors, mais dorénavant sans prendre le risque de se blesser. L’évolution du matériel permettra un changement des habitudes de la population masculine. Elle va rendre le rasage personnel possible avec les rasoirs pour particuliers, qu’ils soient de sûreté, à plusieurs lames ou électriques.Le rasoir de sûreté Gilette

Les barbiers vont peu à peu perdre de leur intérêt au 20ième siècle jusqu’à pratiquement disparaître avant de revenir à la mode ces dernières années. En effet la barbe, progressivement oubliée de notre société pour des raisons esthétiques, va revenir à la mode. Elle n’est plus autant synonyme de négligence et de manque d’hygiène dans le milieu professionnel comme elle a pu l’être. Elle est même devenue un signe de distinction et de beauté masculine. Encore faut-il l’entretenir et la tailler correctement.