Avec une bouille aux reflets platinés d’un Billy Idol et un corps sec façonné à la Iggy Pop, Cédric Vomscheid a tout d’une rock star. Mais lui ne fait pas danser des notes de musique sur une Fender Stratocaster, il préfère jouer avec les lumières, les contrastes et les couleurs sur son Nikon D3200. Son univers créatif  est centré sur le portrait. Et lorsque des personnes posent devant lui, l’objectif de sa démarche artistique est d’en révéler la sensualité.  Un travail délicat qui demande patience et finesse car elle ne se dévoile que de façon inattendue dans une posture, un détail, une lueur, une ombre, un reflet ou un regard. Mais pour l’aider à capter l’instant précis il s’est octroyé les services d’assistants plutôt inattendus. L’un d’eux s’appelle « Puputte », c’est un python Morelia jaune qui mesure 3 mètres et pèse 10 kg. Le photographe et l’animal travaillent pour ainsi dire en symbiose. Alors que le serpent opère un lent processus de séduction sur le modèle, Cédric Vomscheid à l’affut derrière son objectif, guette le moment magique où l’appréhension laisse place au plaisir. Nous vous proposons donc quelques morceaux choisis de l’entretien en trois ‘S’ que nous avons eu avec cet artiste très attachant.

Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile

Souvenirs

C’est mon grand-père, qui était plus qu’un père pour moi, qui m’a appris à aimer la nature. Un jour, quand j’étais tout gamin, une vipère a planté ses crochets dans ma botte. Papy l’a décrochée du caoutchouc et l’a tout simplement laissée repartir. C’était mon premier souvenir reptilien. Ca n’a pas été un traumatisme pour moi. C’était juste un accident. Je pense que l’attitude de mon grand-père à ce moment-là, m’a aidé à comprendre certaines choses. Cela m’est resté par la suite. J’aime beaucoup apprendre des animaux avant de les juger. C’est comme une sorte d’empathie. Et puis à mon adolescence, mon père a hérité d’un appareil photo, un modèle argentique. J’allais travailler chez les gens du village pour gagner quelques francs et j’achetais des pellicules. Techniquement, c’était complètement différent mais ça m’a beaucoup appris.

Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile

Serpent

Je suis amoureux de ce genre de bête. Ce sont des animaux sauvages qu’on ne peut ni apprivoiser ni dompter. Alors c’est vrai que j’en ai beaucoup mais ce n’est pas pour jouer le Bad Boy. C’est ma vie. Quand je rentre le soir il faut que je les vois, quand je me lève le matin je les regarde un par un. Je veux montrer aux personnes qui pourraient en avoir peur que ces animaux ne sont pas plus dangereux que les autres. Dans mes shooting photos je prends beaucoup de temps à parler avec les modèles, hommes ou femmes, pour les mettre en confiance. Parfois cela met plusieurs jours avant que le contact avec les reptiles puisse se faire, mais lorsque les préjugés sur les aspects néfastes ou les représentations religieuses se sont envolés,  les personnes prennent plaisir à les porter et les avoir sur eux. Ils sentent comme une certaine complicité. Dans leur regard je vois alors une autre image de moi. Je passe de ce fou que l’on montre du doigt avec tous ses serpents à celui que l’on remercie d’avoir rendu possible un moment aussi magique.

 

Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile

Sensualité

Le serpent c’est le jardin d’Eden, c’est Eve, c’est la femme. Dans 80% des cas, lorsqu’une femme veut faire une photo avec un reptile, c’est en lingerie. Au départ je ne pensais pas me spécialiser dans ce type de cliché mais avec les demandes j’y ai beaucoup travaillé pour que les rendus soit à la hauteur. Si des modèles, que je ne connais pas, osent se mettre en lingerie devant mon objectif, alors je me dois de leur proposer des images qui les mettent en valeur. Un cliché sensuellement réussi se voit dans le regard de la personne. Lorsqu’elle est enfin à l’aise avec l’animal, je vais voir dans ses yeux du plaisir et de la sincérité. C’est à ce moment-là que je vais déclencher. La photo sera magnifique parce que j’aurais figé un état naturel et pas une pose artificielle. Le regard ne trompe jamais. Il va instaurer un dialogue entre le modèle et celui qui va le regarder à travers l’image. Chaque personne à un charisme différent. Souvent lorsque l’on se regarde dans le miroir, on ne voit que ses défauts. Avec mon travail et ma sensibilité je cherche à sublimer la beauté et la sensualité qu’il y a en chacun de nous, sans exception.

Crédits photos : Cédric Vomscheid

Mille mercis à Lucile, Axelle, Nelly, Myriam, Rute, Ophélie, Mathieu, Charles, Flavien et David les modèles qui ont gentiment accepté de diffuser leurs images sur Beard and Socks.

Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile

Cedric Vomscheid - Photographe - ReptileCedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile

Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - ReptileCedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile Cedric Vomscheid - Photographe - Reptile